Le braillard de la Madeleine (Rivière-Madeleine)

Dans: Légendes gaspésiennes
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 évaluations, moyenne : 4,75 / 5)
Loading...

De qui provenaient ces longs pleurs et hurlements entendus dans la forêt de Madeleine et qui effrayaient tous les habitants de la côte ? Les marins croyaient que ces lieux étaient hantés par l’âme d’un naufragé faisant appel à la charité chrétienne pour le délivrer des flammes du purgatoire.

Vers 1814, l’abbé Painchaud, missionnaire en Gaspésie, se trouva un jour retenu à Madeleine à cause d’une tempête. Il fut alors témoin des hurlements du Braillard. Voyant la stupeur des gens, il entreprit de résoudre ce mystère croyant fermement que les lamentations pouvaient s’expliquer facilement. « Laissez-moi aller seul dans la direction du Braillard et je vous promets de l’apaiser. »

Armé d’un hache, il s’enfonça dans la forêt, guidé par les gémissements qui s’intensifiaient. Tel que prévu, il se trouva en face d’un phénomène fort naturel : deux gros arbres inclinés l’un sur l’autre en forme de « X » et très rapprochés. Comment pouvaient-ils produire des sons aussi lugubres ? Lorsque le vent soufflait, ils frottaient l’un contre l’autre et émettaient un genre de plainte plus ou moins intense suivant la force du vent. En abattant un de ces arbres, l’abbé Painchaud mit fin à la terreur des habitants de la région.



0 commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *